Grandes cultures

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Retrouvez les recommandations et les Bulletins de Santé du Végétal (BSV) de votre région

Le biocontrôle des stress biotiques et abiotiques chez le blé : c’est possible


Levier technique


Actualité publiée le : 22/11/2018 Culture : Maïs / Sorgho Relié aux rubriques : Innovation en marche Source : Phloème - 1ères Biennales de l'Innovation Céréalière - 24 et 25 janvier 2018 / Auteur : Comby M., Ptas S., Profizi C., Randoux B., Reignault P., Halama P., Siah A., Adam F., Khatiri Z., Hamada W., Barakat I., El Guilli M., Chtaina N., Jacquard C., Courteaux B., Sanchez L., Ait Barka E., Baillieul F., Clément C. Références : Phloème - 1ères Biennales de l'Innovation Céréalière - 24 et 25 janvier 2018

Les travaux présentés ici démontrent que la stimulation de l’immunité végétale peut permettre d’induire chez le blé un certain niveau de tolérance/résistance vis-à-vis de maladies fongiques mais également face à des stress abiotiques (chaleur, sécheresse). Le déclenchement des mécanismes de défense peut être obtenu soit par l’application d’éliciteurs (molécules d’origine naturelle non toxique pour l’environnement), soit par l’utilisation de micro-organismes bénéfiques. Les deux technologies ont prouvé leur efficacité contre la septoriose et la fusariose des épis en conditions standard. En outre, le biocontrôle, basé ici sur la physiologie de la plante, doit prendre en compte l’environnement physique, notamment les conditions de température et de sécheresse qui affectent la physiologie de la plante et donc sa capacité à mettre en oeuvre son immunité. Dans ce contexte, les micro-organismes bénéfiques peuvent également contribuer à maintenir une immunité suffisante pour protéger la plante contre des attaques fongiques. Même si l’ampleur de la  protection est variété- et pathogène- dépendante, les résultats obtenus jusqu’à présent sont prometteurs et démontrent que le biocontrôle constitue un enjeu clé pour l’agriculture du 21ème siècle.